Auteurs

L'Esprit frappeur

Newsletter

Panier  

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Total 0,00 €

L'Onu et le chagrin d'une négresse

Quand une rescapée du génocide des Tutsi rwandais interpelle le monde entier...

Plus de détails

18,90 € TTC

Ajouter au panier

Aujourd’hui, Yolande Mukagasana revient avec un nouveau récit,
– l’après-génocide–, tout aussi extraordinaire que le premier, celui
d’une rescapée qui nous conte la suite de son histoire tout en revenant
sur ces blessures d’enfant ‘‘tutsi’’ pendant les années soixanteet donc
la gestation du génocide, et de ce que lui a transmis sa grand-mère,
témoin des premiers Européens arrivés dans la région. Ainsi, la
boucle est bouclée. Mais qu’advient-il après ce travail d’introspection et
de mémoire ? Face aux politiques illégitimes des grands de ce monde,
Yolande Mukagasana se dresse, tel un rempart contre l’indicible,
et dénonce avec une force surhumaine la perpétuation du scandale
onusien au Rwanda et au Congo voisin.

 

Yolande Mukagasana avait livré son témoignage dans “La mort ne veut
pas de moi” (éd. Fixot) en 1997 et ‘’N’aie pas peur de savoir’’ (Robert
Laffont, 1999), puis celui d’autres rescapés dans “Les blessures du silence
(Actes Sud, 2002). Après avoir reçu de nombreux prix internationaux
pour avoir œuvré pour la paix, après s’être battue pour la reconnaissance
des Justes au Rwanda, elle se bat depuis trois ans au sein de la Commission
nationale de lutte contre le génocide à Kigali, pour la dignité des rescapés. 

 

‘‘Le témoignage le plus fort que j’aie pu lire à ce jour
‘‘Au fil des ans, Yolande Mukagasana reste inconsolable mais sa douleur
a fini par lui donner un authentique sens du dépassement. Bien que
différent des ouvrages qui l’ont rendue célèbre, L’Onu et le chagrin d’une
négressecharrie la même sourde colère et un égal amour des siens et de
l’humanité toute entière.’’
Boubacar Boris Diop